12 Mai 2015

Privatisation des sociétés d’État Le premier ministre Philippe Couillard désavoue deux ministres

Québec, 12 mai 2015 - Le député de Chicoutimi et chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, souligne le fait que dans le dossier de la privatisation des sociétés d’État, le premier ministre Philippe Couillard a complètement désavoué deux de ses ministres, soit celui des Finances, Carlos Leitão, et celui de l’Économie, Jacques Daoust.

 

« Alors qu’au Québec, il prétendait le contraire, le ministre des Finances a clairement évoqué la privatisation de nos sociétés d’État devant des courtiers à qui il tentait de vendre des obligations du Québec. C’est d’ailleurs la troisième fois en seulement un an que le gouvernement libéral laisse courir cette rumeur, notamment au sujet d’Hydro?Québec. Le premier ministre a ensuite rabroué Carlos Leitão en disant qu’il n’y avait pas de plan de privatisation des actifs. Peut-il rappeler ses ministres à l’ordre et empêcher qu’ils réfléchissent à leurs aspirations à voix haute? Leurs visées ne sont visiblement pas celles des Québécois, ni même celles de Philippe Couillard », a déclaré Stéphane Bédard. 

 

Le ministre des Finances n’est d’ailleurs pas le seul membre du gouvernement à faire des déclarations à l’emporte-pièce; en effet, pas plus tard qu’aujourd’hui, le ministre Jacques Daoust s’est demandé, tout haut, devant un parterre de journalistes : « Est-ce le rôle de l’État de gérer des casinos? C’est une question qu’on peut se poser. »

 

« C’est donc un nouveau désaveu de la part du premier ministre, qui se devait d’être transparent avec les Québécois. La privatisation des sociétés d’État n’est pas une solution pour améliorer les finances publiques à long terme. Ces sociétés appartiennent à tous les Québécois, et ceux-ci ont le droit de savoir ce que le gouvernement entend en faire », a conclu le chef de l’opposition officielle.